Poèmes

Tu sais, c’est tout simple

i.y.works Attendre que le train écrasant la colonne d’os sous la chair passe * Fatigue fatigue fatigue Répéter le mot jusqu’à ce qu’il s’épuise * Tu sais, c’est tout simple : c’est un bloc de béton compact, noir et vaporeux dans le cerveau fondant à la lumière des étoiles nouvelles * Si tu as l’impression de… Lire la suite Tu sais, c’est tout simple

La peau du corps

C’est ainsi que je vis

Voilà, ça y est. Les virgules sont devenues ses cils. Les points sont ses grains de beauté. Beauté. Peut-être que des doigts parcourront sa peau avant qu'elle ne perde en douceur. Juste avant la vieillesse de son corps. A l’heure creuse, elle attend le bleu des mots qu’elle collera sur les murs, elle attend d’exister… Lire la suite C’est ainsi que je vis

Écritures automatiques

Ecriture automatique (10)

Elicia Edijanto « Placez-vous dans l’état le plus passif ou réceptif que vous pourrez… écrivez-vite sans sujet préconçu, assez vite pour ne pas vous retenir et ne pas être tenté de vous relire. » André Breton, Manifeste du surréalisme (1924). Heure : 22h42. Durée : 8 minutes. Support : Clavier. Rien à dire. Rien à écrire. Et l’écriture est… Lire la suite Ecriture automatique (10)

Journal

Fins

Leon Bugaev J’aimerais être de celles et ceux pour qui écrire les derniers mots d’un livre sonne comme une évidence. Sentir dès l’écriture d’une phrase que c’est la dernière, qu’il n’y en aura pas d’autres – un mot de plus et tout devient de trop. Ecrire comme l’on ressent la satiété : une dernière bouchée avant… Lire la suite Fins

La peau du corps

Fixations du jour

Anish Kappour Treize bouquets sur l’autel. L’église de Saint-Aignan sent le silence et les fleurs. C’est celle qu’elle préfère – discrète, coupée des regards, une échappée de couleurs et d’oublis, de senteurs et de mélancolie. Les lumières des candélabres se confondent avec celles du jour. Accrochés au confessionnal, ces mots : « Route du Paradis ». Elle pense… Lire la suite Fixations du jour