La peau des autres

Ta peau

Solène, la fille décédée de PPDA, a certainement voulu mourir. L’anorexie est un lent suicide, dissimulé. Elle a souhaité partir. S’échapper. PPDA braque les projecteurs sur la douleur d’un père ayant perdu sa fille. Mais que sait-on des causes. Que savons-nous de leur lien. Nous savons une chose : le manque d’empathie totale de PPDA. Ses… Lire la suite Ta peau

La peau des autres·La peau du corps

Feux

Photographie prise par Isabelle Schloesing Petits et grands feux de colère qui me poursuivent, m'habitent, restent enfoncés. Que serais-je sans eux ? Qu'y aurait-il d'autre, à la place ? Beaucoup plus d'amour. Du ciel. Des forêts. Des branches où se poser. À chaque feu écrit, expulsé de mon ventre, dégagé de mes yeux, un autre… Lire la suite Feux

La peau des autres

Doudou

La réponse du fleuriste l’a bouleversée :  Les personnes achètent principalement des fleurs pour elles-mêmes. Elle a toujours cru qu’avoir un simple bouquet dans les mains annulait toute possibilité de rencontre. Désormais, porter des fleurs signifiait, Personne ne m’attend chez moi. Entre ses doigts, les couleurs deviennent des promesses. Une fois chez elle, elle suit les… Lire la suite Doudou

La peau des autres·La peau du corps

Words, words, words

Elie Lotar, Travaux d’assèchement du Zuyderzee, Pays-Bas, 1930 Elle couvre son appartement de fleurs, de plantes, de couleurs. Elle les sent, les hume, croit les absorber tant leurs arômes pénètrent sa peau. Elle a une énergie folle vibrant dans son ventre, elle pourrait embrasser une étoile, caresser le soleil, s’étourdir dans le creux d’un nuage.… Lire la suite Words, words, words

La peau des autres

Dix ans d’amitié

Ils avaient vingt-cinq ans, désormais. Ils avaient traversé la fin de l’adolescence ensemble, franchi le début de l’âge adulte, débuté leurs études, loué leurs premiers appartements, commencé leurs premiers boulots. Les uns étaient partis en Angleterre, en Irlande, au Japon, au Chili, en Guadeloupe, en Norvège, les autres étaient allés à Strasbourg, Dijon, Beauvais, Château-Renault. Ils finissaient toujours par se retrouver à Paris, à Chartres, à Noël, lors des grandes vacances. Comme s’ils ne s’étaient jamais quittés. C’était leur force.